Rencontre avec… Cécilia Cara

Cécilia Cara - Paris-Bogota

Cécilia Cara est de retour avec un single solaire, dansant et rythmé. « Paris-Bogota » et ses rythmes latins viendront faire chanter et danser votre été. L’artiste semble avoir trouvé la musique qui lui convient, parfaite introduction à son album prévu pour 2020. Elle en a fait du chemin depuis ses 15 ans, époque à laquelle on la découvre dans le rôle de Juliette dans la comédie musicale « Roméo & Juliette » de Gérard Presgurvic. Depuis, Cécilia a enchainé les rôles, tant à la télé que sur scène en incarnant tour à tour Sandy dans « Grease » (2008), Bonnie Parker dans « Bonnie & Clyde le polar musical » en 2009 ou encore dans de nombreuses pièces de théâtre. Cécilia a donc plus d’une corde à son arc et on vous conseille de la suivre sur les réseaux sociaux (Facebook & Instagram). D’ici là, retrouvez là tout de suite en interview. C’est parti !

Bonjour Cécilia, si le grand public ne t’a pas vue pendant un moment, que faisais-tu depuis ces longues années ?

Depuis Roméo et Juliette j’ai eu la chance d’enchaîner de nombreux jolis projets et très différents. Après mes duos avec Florent Pagny « L’air du temps » et Ronan Keating « Je t’aime plus que tout », j’ai travaillé à Londres sur le film de Joel Schumacher « Le Fantôme de l’Opéra » adaptation de la comédie musicale d’Andrew Lloyd Weber pour doubler la voix chantée et parlée du personnage de Christine Daaé. J’ai joué plusieurs pièces de théâtre comme  « La Soeur de Jerry King »,  « Tonton Léon Story » au théâtre des Mathurins ou même dans « Le Carton » au théâtre et également au cinéma. 

J’ai participé à d’autres spectacles musicaux tels que « Grease » au Comedia où j’ai eu le plaisir d’interpréter le personnage mythique de Sandy, puis « Bonnie & Clyde, le polar musical » à l’Alhambra dans le rôle de Bonnie, puis le show Musical « Il était une fois Joe Dassin » au Grand Rex, à l’Olympia et en tournée en France et à l’étranger, mis en Scène par Christophe Barratier. J’ai eu l’expérience fabuleuse ensuite de faire partie du groupe vocal international « les VocaPeople » pendant plus de 2 ans. J’ai été dans la jolie pièce musicale «Enooormes » en début d’année dernière au théâtre Trévise et plus récemment dans le très beau spectacle musical « Jules Verne » au théâtre Edouard VI. Tout ceci entrecoupé de tournages pour la tv, et de voyages entre la France et l’Amérique latine pour la création de mon album. Et puis je suis devenue maman aussi. Voilà en gros. Je ne me suis donc jamais arrêtée depuis Roméo et Juliette !

Tu reviens avec un single « PARIS-BOGOTA » hyper frais et efficace. D’où t’es venue l’idée du thème de cette chanson ? 

Merci ! Oui la chanson « Paris-Bogota » est le premier extrait de mon album franco-espagnol prévu pour l’année 2020, enregistré entre la France et la Colombie (d’où son titre!). Mon univers musical est une fusion entre des sons, instruments typiques et rythmes latins (tels que la cumbia, le boléro, la bachata, etc…) et de la pop-moderne.

Il était important pour moi de créer cette rencontre entre la musique latine et la pop européenne et que cette fusion soit accessible à tous. Pour cela je me suis beaucoup investie dans toutes les étapes de création et d’écriture de cet album, et j’ai eu la chance de collaborer avec 3 équipes incroyables, deux en Colombie (à Medellin avec Juancho Valencia et à Bogota avec Sergio Orejuela) et une en France composée de Felipe Saldivia et Fred Savio avec qui j’ai créé cette première chanson « PARIS-BOGOTA » qui est l’introduction de cet album et voyage musical franco-amérindien.

Musicalement tu as pas mal évolué depuis tes derniers singles. C’est très orienté vers des sons plutôt latinos. Qu’est-ce que cette musique a de particulier pour toi et pourquoi as-tu voulu aller dans cette voie?

J’aime les danses et musiques latines depuis que je suis toute petite. C’est un univers qui me touche et me fait vibrer. On peut essayer de trouver une raison à cela, comme mes origines espagnoles du côté de ma grand-mère maternelle par exemple, mais au-delà de ça c’est probablement inné et inexplicable, un peu comme quand on tombe amoureux!

Après « Roméo et Juliette », il a fallu un peu de temps pour que je me trouve, comme tout le monde, lorsqu’on est très jeune et qu’on a besoin de se perdre un peu pour mieux se retrouver. Il a fallu que je puisse aussi en quelque sorte imposer cet univers plus latin, mon univers. Tout ce que j’ai fait jusqu’à aujourd’hui fait partie de moi et me plaît, mais aujourd’hui je fais ce qui me ressemble le plus. Ce n’est plus un rôle, c’est juste moi telle que je suis aujourd’hui, et telle que je suis depuis longtemps d’ailleurs.

En tout cas, tu as l’air totalement épanouie dans le clip de « Paris-Bogota » et ça fait plaisir à voir.

Merci ! Je le suis, puisque je suis totalement dans mon élément! C’est tellement galvanisant de voir ses projets personnels, son travail, ses rêves prendre forme de cette façon. Ce très beau clip a été réalisé par le talentueux Pierre Noguéras qui a su donner vie de la plus jolie façon qui soit à ce que j’imaginais pour ce clip. J’ai été entourée de personnes extraordinaires à tous niveaux. La préparation de ce clip demanda énormément de travail puisque j’ai travaillé sur toutes les étapes de celui-ci, jusqu’à en coudre mes vêtements moi-même à la main pour créer également cette fusion franco-colombienne jusque dans le stylisme. J’ai été épaulée par un homme aux nombreux talents Tristan Robin qui a, entre autres, « designé » mes baskets et mon blouson en jean avec des motifs « molas » (j’en ai parlé sur mes réseaux sociaux d’ailleurs). En effet ce que vous voyez apparaître dans mon dos durant le clip, ce sont des motifs typiques Colombiens, créés par les Kuna de Panama et adaptés spécialement pour moi pour ce clip. Les magnifiques bijoux en argent et turquoise que je porte également dans le reflet d’une vitre à un moment donné sont des pièces uniques authentiques et rares confectionnés par les Indiens d’Amérique et prêtées par la marque Harpo, que j’aime beaucoup.

Tu aurais une anecdote sur le tournage du clip ?

Lorsque nous avons tourné le plan dansé dans la rue Cortot à Montmartre avec mes superbes danseurs (les chorégraphies ont d’ailleurs été créées par l’incroyable danseur et chorégraphe Wilfried Bernard!)  il y avait pas mal de personnes qui se baladaient, pour la plupart des touristes. Il se sont arrêtés et assis pour regarder le tournage. A un moment donné ils devaient bien être une centaine. Et à la fin de chaque prise dansée, ils applaudissaient ! 

Un super moment qui ne peut que donner la pêche !

Le public t’a découverte dans le rôle de Juliette… Est-ce qu’il t’ a été difficile de sortir de ce personnage (et de ses bonnets mythiques ! – très sympa d’ailleurs la vidéo sur ta chaine où tu en parles 🙂)?

Pour ma part je n’ai eu aucun souci à sortir du personnage de Juliette. C’est surtout l’image que les gens ont de nous dans ce rôle qui perdure. La question est : est-ce qu’on sort vraiment totalement un jour d’une image comme celle-ci ? Cette image qui a marqué pratiquement toute une génération? C’est ce que je vois et ressens dans les nombreux messages d’amour que je reçois. 

Je parlerais plus d’évolution. Le temps passe, on grandit, on mûrit et on se rapproche de ce qu’on est. Et on embarque les gens dans notre univers.

Je ne renierai jamais mon parcours et ce rôle de Juliette que j’ai aimé et qui fait aussi partie de moi, et j’adore partager avec les personnes qui me suivent depuis mes débuts des images inédites des coulisses du spectacle (et j’en ai encore des tas!) parce que c’est une aventure que nous avons partagée et vécue pleinement ensemble et qui rappelle à tous de jolis souvenirs. Mais aujourd’hui je suis vraiment heureuse de pouvoir montrer qui je suis et faire découvrir mon univers.

Tu as une dernière chose à ajouter ?

Si je devais ajouter une chose c’est un grand merci à toutes les belles personnes qui me soutiennent et croient en moi. Elles se reconnaîtront. C’est une chance de pouvoir être bien entourée et de faire ce qu’on aime. La route est semée d’obstacles et il faut beaucoup travailler, rien ne tombe tout frais tout cuit loin de là. Mais ça vaut le coup!

Ne lâchez pas vos rêves! Tenez bon même s’ils vous paraissent inaccessibles ou improbables, personne ne doit jamais vous empêcher de les réaliser. Personne.

Et n’oubliez pas une chose : rien n’est impossible !

Nouveau single de Cécilia Cara : « Paris – Bogota »
Disponible dès maintenant
Lien Youtube : https://youtu.be/2RmhiGhkd4k 

Lien iTunes : https://music.apple.com/album/1471771028?app=itunes&ls=1 

Lire aussi
Fanny Beuré nous présente son premier livre sur les comédies musicales : That’s Entertainment !