5 bonnes raisons d’aller voir Rocketman au cinéma

Taron Egerton as Elton John in Rocketman from Paramount Pictures.
Taron Egerton as Elton John in Rocketman from Paramount Pictures.

Qu’on se le dise, « Rocketman » sort aujourd’hui sur grand écran et ça va faire du bruit. Cette comédie musicale retraçant la vie extravagante du chanteur Elton John va vous faire chanter, danser mais aussi vous émouvoir. D’une enfance complexée à une vie de tous les excès, « Rocketman » aborde le personnage de Sir Elton John sans tabou mais toujours avec admiration. L’Ecran Pop vous dit pourquoi vous devez absolument courir au cinéma pour découvrir entre autres, la performance exceptionnelle de Taron Egerton. Ce film ne vous décevra pas !

N°1 : Pour les tubes d’Elton John

Commençons par le début et certainement l’une des choses les plus importantes dans une comédie musicale : les chansons. Bah oui… On ne va pas se mentir, sans chansons efficaces et bien faites, il n’y a pas beaucoup d’intérêt. Evidemment avec Elton John, nous sommes servis niveau tubes en puissances. Le film évoque la vie de l’artiste en mêlant à la perfection les chansons qui ont jalonné sa carrière. Avec 300 millions d’albums vendus, il y a beaucoup à faire. Au programme musical de ce film, il y aura 22 titres interprétés par Taron himself. Découvrez une version piano-voix étonnante de « Don’t Let The Sun Go Down On Me » et redécouvrez les tubes intemporels comme « I’m Still Standing », « Crocodile Rock », « I Want Love », « Your Song », « Don’t Go Breaking My Heart » ou encore « Sorry Seems To Be The Hardest Word ». Cerise sur le gâteau, l’acteur et le chanteur partagent une chanson le temps d’un duo sur le titre « (I’m Gonna) Love Me Again », mais ça, c’est uniquement pour la BO du film. ça nous donne déjà envie de chanter !!!

Taron Egerton as Elton John in Rocketman from Paramount Pictures.

N°2: Pour la performance époustouflante de Taron Egerton

Et oui, toutes ces chansons sont bel et bien interprétées par Taron lui-même. Comme il le dit très justement : «  Notre film n’est pas un biopic, c’est une comédie musicale. Il était donc presque obligé que les acteurs savent chanter. Autrement ça n’aurait pas fonctionné. Et donc oui, mon chant m’a aidé à avoir le job.» Elton John ne tarit pas d’éloges quant à la prestation de son petit protégé : « Je ne pense pas avoir entendu quelqu’un chanter aussi bien mes chansons que ne le fait Taron ». Mais une fois que l’on voit le film, on se dit que « ouais quand même, il assure ». Taron n’essaie pas d’être Elton John et c’est ça qui est encore plus frappant : « Elton m’a conseillé de ne pas chercher à l’imiter. Il préférait que je trouve ma propre voix pour donner une tonalité vivante à sa musique. » Le comédien pousse le perfectionnisme si loin que, même s’il ne ressemble pas trait pour trait à la star de la chanson, on finit par oublier qu’il n’est pas Elton John. À l’instar de Rami Malek avec son incarnation de Freddie Mercury, Taron Egerton mériterait lui aussi un oscar. Il est d’ailleurs parvenu à faire pleurer Sir Elton John  lors de la projection cannoise du film avec la scène de la chanson « I Want Love » : « J’ai pleuré au bout d’un quart d’heure après être entré dans le cinéma… Je savais que la chanson « I Want love » allait être utilisée mais je ne savais pas à quel moment » La chanson arrive lorsque Matthew Illesley (qui l’incarne enfant) est à table avec les membres de sa famille. On vous laisse la découvrir vous-même en salle ! Sortez les mouchoirs vous aussi…

Taron Egerton takes flight as Elton John in ‘ROCKETMAN’ from Paramount Pictures

N°3 : Pour le destin hors du commun

Comment un gamin grassouillet et mal dans sa peau est devenu l’une des plus grandes stars mondiale ? Voilà une intrigue intéressante et c’est justement ce qui est mis en avant dans le film: le parcours pas forcément tracé d’un enfant que rien ne prédestinait à devenir ce qu’il est devenu. On apprend d’où viennent les extravagances de la star et le mal-être qui l’a rongé pendant de longues années. Devenir une star quand on a un nom de vieux (Elton John s’appelle en réalité Reginald Kenneth Dwight) et que l’on vit à des milliers de kilomètres de tout le show-business n’est pas une mince affaire. Et pourtant, Elton John trouvera sa force et son exubérance de là. Son look démodé de son enfance le poussera à adopter un look extravagant pour se démarquer et ne pas ressembler à tout le monde. Son prénom de vieux le poussera a prendre un pseudonyme. Il change de nom (il le tire de son premier groupe, quand il jouait avec le nouveau mari de sa mère au sein de Bluesology. Il adopte le prénom du saxophoniste du groupe Elton Dean- et le combine au nom du chanteur – John Baldry-). Deux hommes qui auront marqué le chanteur, l’un par sa beauté et l’autre pour sa sexualité assumée. Avec ce film, la phrase « on ne naît pas star, on le devient ! » prend tout son sens. Et puis le film est aussi très drôle ! C’est aussi très agréable de passer des larmes au rire…

Taron Egerton takes flight as Elton John in ‘ROCKETMAN’ from Paramount Pictures

N°4 : Parce qu’il n’y a pas de tabou

Le film est fait alors qu’Elton John est toujours vivant (là, on ne vous apprend rien). Mais justement, qui dit star toujours en vie, dit aussi droit de regard sur le film et donc censure éventuelle. C’est justement là que c’est intéressant… Car même si Elton John a supervisé un peu tout ce projet, on s’aperçoit que rien n’a été caché aux spectateurs et c’est fort agréable. Dans « Rocketman », le réalisateur Dexter Fletcher ne se gêne pas pour mettre à jour les moments intimes du chanteur. Ainsi, on voit Elton John vivre sa relation passionnelle et destructrice avec le producteur John Reid (joué par Richard Madden). Et le film va même plus loin en n’omettant pas l’importance du sexe dans la vie du chanteur. Ses addictions à l’alcool et à la drogue ne sont pas non plus cachées, comme son mauvais caractère). Sa relation parfois conflictuelle avec ses parents est elle aussi mise en avant (difficile de retenir ses larmes dans une scène en particulier, où il est face à son papa). On comprend aussi l’amitié indéfectible qui unit le chanteur à son compositeur attitré, Bernie Taupin (campé par Jamie Bell). C’est aussi une des raisons essentielles pour lesquelles Taron Egerton a accepté le rôle avec plaisir, comme il l’a déclaré à nos confrères de LCI : « Elton est quelqu’un qui a vécu de manière extrême, dans son hédonisme comme dans sa créativité. Le script a toujours reflété cet aspect de sa vie. Elton est un homme courageux. Il n’avait pas envie qu’on édulcore son histoire. Il voulait qu’on raconte une histoire très humaine et il n’avait pas peur qu’on le montre dans les pires moments de son existence, au contraire. Parce qu’à la fin ça prend tout son sens. Je crois que c’est la force de notre film ». 

Taron Egerton takes flight as Elton John in ‘ROCKETMAN’ from Paramount Pictures

N°5 : Parce que ce film a tous les atouts pour figurer  à l’affiche de L’Ecran Pop 

Vous le savez, à L’Ecran Pop, on aime toutes sortes de films musicaux. « Rocketman » a tous les atouts pour faire partie de l’un des prochains films en version cinéma-karaoké. C’est une véritable comédie musicale qui met en joie et qui transporte le public dans un univers d’euphorie participative. C’est exactement ce que l’on recherche et ce que l’on aime. En plus, les chansons d’Elton John sont intemporelles et aimées de tous. Tous les ingrédients sont réunis pour faire de ce film un véritable succès en cinéma-karaoké. Ca chante, ça danse, ça fait rire, ça fait pleurer et on ne s’en lasse pas. Et vous, ça vous tenterait de chanter sur les plus grands tubes d’Elton John ?

Lire aussi
John Travolta Saturday Night Fever
Top 5 des meilleurs films musicaux de John Travolta