Découvrez la fabuleuse histoire du Sing Along !

L'histoire du Sing Along
L'histoire du Sing Along

Du karaoké au Sing Along il n’y a qu’un pas que L’Ecran Pop a franchi en France. Inspiré par ce phénomène populaire au Royaume-Uni depuis les années 90, le concept est arrivé dans l’Hexagone en 2017 avec le succès que l’on connait aujourd’hui. Il était temps de partager avec vous l’histoire de ce concept et la naissance de L’Ecran Pop qui a déjà fait chanter et danser plus de 15 000 personnes dans les salles obscures.

La « Bouncing Ball », les prémisses du karaoké

Du plus loin que la télévision s’en souvienne, faire défiler les paroles sur un écran remonte aux années 1920 ! Et oui, ça ne date pas d’hier… À l’époque, il ne s’agissait pas du mot « karaoké » mais plutôt de la « bouncing ball »; inventée par un artiste des studios Fleischer pour que les gens chez eux puissent chanter certains passages de films d’animations ou d’images filmées. Les première stars du genre ne sont autre que Betty Boop (pour la version animée) et Irène Bordoni avec Just a Gigolo. Cette émission qui révéla vraiment le genre se baptisait « Song Car Tunes ».

En 1958, l’émission de télévision américaine, Sing Along with Mitch, présentée par Mitch Miller, crooner américain, célébrait la chanson en groupe. Le présentateur chantait avec des choeurs de scouts ou du Rotary Club (et plus encore) en reprenant des classiques américains. L’émission marchait plutôt bien puisque dix-neuf titres version Sing Along se classeront dans le Top 40 américain.

Le Karappo-Okesutora

Le Karappo-Okesutora, c’est le nom à rallonge du karaoké (« kara » signifiant « vide » et « okesutora » signifiant « orchestre »). Comme son nom l’indique donc, il s’agit d’un orchestre vide. Le terme « Karaoké », inventé par Kisaburo Takagi, a été déposé par la société de ce dernier (Nikkodo) en 1962. Kisaburo a alors l’idée d’une machine qui jouerait les chansons sans la voix des interprètes pour que les gens entendent leur propre voix. Depuis, le Japon et le karaoké vivent une grande histoire d’amour. Aujourd’hui, c’est même devenu une institution et un passage obligé lorsqu’un contrat est signé.

L’arrivée du karaoké en France

C’est dans les années 1990 que le genre est popularisé dans notre beau pays, notamment par l’arrivée sur nos écrans de deux émissions célébrant le genre : La machine à chanter présenté par Daniela Lumbroso et La Fureur du samedi soir, présenté par Arthur. D’abord perçu comme « ringard », il se fait une place dans les milieux branchés parisiens. Pour plus d’intimité, des endroits privatifs comme BAM Karaoké font leur apparition au début des années 2010. La folie du karaoké commence…

Naissance du sing-along

Le Sing Along, c’est quoi ? C’est un karaoké mais puissance 1000 et devant un écran de cinéma !  Imaginez vos films musicaux en version sous-titrée et vous proposant d’en chanter les airs les plus populaires avec des centaines de personnes à l’unisson.  Ici, tous les participants sont les stars du film. Ce concept a débarqué en Angleterre dans les années 90 offrant à des salles de cinéma la possibilité de faire la fête et de chanter en groupe, les refrains les plus populaires des films musicaux. Ajoutons à cela une dose de goodies bags pour pouvoir interagir pendant le film,  des comédiens pour monter la température, un public déguisé et le tour est joué. Vous obtenez un événement qui existe depuis plus de 20 ans et dont la popularité ne s’essouffle pas, notamment grâce à l’arrivée régulière de nouveaux films musicaux qui cartonnent. Comme c’est actuellement le cas avec des succès comme A star is born ou encore Bohemian Rhaspsody.

L’Ecran Pop, le sing-along made in France

En France, il aura fallu attendre septembre 2017 pour que le Sing Along soit enfin lancé par une passionnée de comédie musicale et de chant. Natacha Campana est la fondatrice de ce concept tout droit importé des UK : « C’est en allant régulièrement à Londres que je découvre le concept du sing-along. Je trouve l’idée géniale et voyant que ça n’existe pas en France, je décide d’importer le concept. Mais tant qu’a reprendre une idée, il faut être créatif et savoir la faire évoluer ». L’immersion et le sens du détail ne quitteront pas l’ADN de L’Ecran Pop pour que l’expérience, si elle respecte pleinement la tradition, soit encore plus appréciable et appréciée.

Il lui faudra près d’un an pour monter le projet et offrir au public français le premier film version sing-along en France. Ce premier film, ce sera Mamma Mia !. Un véritable porte-bonheur pour Natacha qui, pendant un an et demi va remplir la salle du Grand Rex tous les mois avec la version cinéma-karaoké de ce film culte, allant même jusqu’à effectuer une tournée d’été dans plus d’une dizaine de villes. Si les dernières séances de Mamma Mia ! se jouent actuellement, L’Ecran Pop propose de nombreux films comme Les Demoiselles de Rochefort, Grease, Bohemian Rhapsody et ce n’est pas fini, la programmation ne fait que commencer. Préparez-vous à vous amuser encore durant de très longues années. L’Ecran Pop n’a pas fini de vous faire chanter.

Le public ne s’y est pas trompé !

L’Ecran Pop, c’est une expérience unique et c’est le public qui en parle le mieux. Elizabeth, qui est venue à quatre reprises (3 fois pour Mamma Mia et 1 fois Grease) déclare avoir adoré à chaque fois. Elle raconte : « Je pense que c’est en partie ma culture anglaise qui fait que j’aime autant, et mon caractère assez cool aussi. Et bien sûr parce que j’affectionne tout particulièrement ces deux films musicaux pour leur aspect « feel good » ». Pour cette dernière, L’Ecran Pop, c’est la même ambiance que peut offrir certains show de Londres : « J’ai vu la comédie musicale Mamma Mia ! trois fois à Londres où il y a une ambiance d’enfer et tout le monde est debout en train de chanter et de danser à la fin. C’est cette ambiance-là que je suis ravie de retrouver à L’Ecran Pop. » Plus qu’un divertissement, c’est aussi un moyen de rassembler les gens et de les unir le temps d’un film, à l’unisson : « c’est une ambiance très sociable, comme si tout le monde se connaissait, comme si on était à une fête ensemble. » Mais L’Ecran Pop c’est aussi se sentir libre d’être soi sans avoir le sentiment d’être jugé : « Je me sens libre de chanter, de me lâcher et ça fait du bien. Le temps d’une soirée on se sent tous pareil. Et être sur scène et être applaudie par le public est quelque chose que je n’oublierai jamais ». Et oui, car Elizabeth est montée sur scène à deux reprises et a remporté notre concours de costumes… à deux reprises ! Mais Elizabeth est aussi une maman qui aime faire plaisir à son enfant : « La deuxième fois que je suis venue voir Mamma Mia ! je suis venue avec mon fils William (17 ans), qui est autiste. Il est lui aussi un grand fan de Mamma Mia !, et de le voir s’amuser autant, comme tout le monde, ça n’a pas de prix. Il n’y a pas meilleur exemple d’inclusion en société d’une personne handicapée. Je lui ai demandé pourquoi il était content ce soir-là et il m’a répondu « parce que on fait la fête à Mamma Mia ! »

Elizabeth (à gauche) pour L’Ecran Pop Grease

Autre fan accro au concept : Valérie. Pour elle, « L’Ecran Pop est une séance de cinéma pas comme les autres où on a le droit de chanter, de hurler, de se lever, de danser, de siffler…». Ce qui plait à Valérie c’est « l’ambiance bon enfant ». Elle ajoute que « les goodies placés sur les sièges avant participent également à la fête ainsi que le MC, différent selon les séances, qui est toujours excellent ». Ce préshow, si cher à L’Ecran Pop est extrêmement bien résumé par Valérie : « il permet de se mettre l’ambiance du film : quiz, concours de déguisements et les cadeaux sont vraiment très chouettes (livre, stage de comédie musicale, etc.) ». Depuis la découverte du concept, Valérie ne quitte plus L’Ecran Pop, et on adore ça. Elle est même devenue la pro du déguisement : « Ma première fois, c’était en février 2018, pour Mamma Mia !. Nous étions une brochette de filles, juste habillées en tenue disco, mais au fur à mesure des séances, le niveau est monté et mon fils et moi avons eu la chance de remporter le concours de déguisements : nous étions les forains des Demoiselles, ce fut un grand moment ! Dorénavant notre grand plaisir est de chercher des idées de déguisements originales : Coach Calhoun et Eugene de Grease, Fernando pour Mamma Mia ! here we go again, je n’en dévoilerai pas plus pour les prochaines séances… ». Pourquoi tant d’amour et de bonheur ? Pour Valérie, une séance L’Ecran Pop lui permet d’être « joyeuse, sur un petit nuage ». Elle assure que « cela fait du bien de se lâcher pendant deux heures sans penser à rien et de partager ça avec des copines » La prochaine étape pour Valérie ? « Bohemian Rhapsody ». « Nous sommes déjà 7 inscrits. J’ai converti un certain nombres de copines et ce n’est pas fini… Ne changez rien ! ». L’Ecran Pop, la meilleure des solutions pour se rapprocher un peu plus du bonheur !

Valérie et son fils pour L’Ecran Pop Grease
Lire aussi
Peau d'âne
Découvrez le dictionnaire de la comédie musicale !